Le nucléaire prolongé pour des décennies en Belgique ? Pour ECOLO, l’énergie nucléaire est le problème, pas la solution

(c) reporters

Le formateur Charles Michel (MR) ferait actuellement pression sur les autres partis de la future coalition dite « suédoise » pour prolonger nos vieilles centrales nucléaires ! Pour Ecolo et Groen, il est incompréhensible que le calendrier de sortie du nucléaire soit à nouveau remis en cause.

En savoir plus

URL de partage :

Par Jean-Marc Nollet, Olivier Deleuze
Publié le 6 août 2014

Niveau :
+ -

Niveau 3

Le formateur Charles Michel (MR) ferait actuellement pression sur les autres partis de la future coalition dite « suédoise » pour prolonger nos vieilles centrales nucléaires ! Pour Ecolo et Groen, il est incompréhensible que le calendrier de sortie du nucléaire soit à nouveau remis en cause. Que le MR soit incohérent avec la décision à laquelle il a pris part en 2003, à savoir le vote d’une loi de sortie du nucléaire, est une chose mais, pour les écologistes, l’avenir énergétique de la Belgique doit se focaliser sur le développement des énergies renouvelables et sur les économies d’énergie et pas sur technologie non-maitrisable, polluante et dangereuse. La transition vers le renouvelable est la seule base possible pour assurer notre approvisionnement énergétique de manière durable en maitrisant les prix. La prolongation éventuelle de nos vieux réacteurs remet cela totalement en question.

+ -

Niveau 4

Comme on le constate actuellement avec les réacteurs de Tihange 2 et Doel 3, et encore hier avec la mise à l’arrêt du réacteur de Doel 4, la technologie nucléaire est une technologie instable dont les dysfonctionnements mettent à mal la capacité d’approvisionnement de notre pays. La prolongation de vieux réacteurs comme Tihange 1, construit en 1975, et la domination de l’industrie nucléaire sur le parc énergétique belge nuisent par ailleurs aux volontés d’investissement dans d’autres filières. Pour Ecolo et Groen, la Belgique a donc surtout besoin d’un cap et d’un agenda clair confirmant la loi de sortie du nucléaire votée en 2003.

Quant à la construction de nouvelles centrales, souhaitée par la NVA, il s’agit d’une proposition totalement fantaisiste. Les expériences étrangères concernant de nouveaux réacteurs témoignent avant tout de dépassements budgétaires colossaux et qui privent les pouvoirs publics de leur capacité à investir dans des énergies propres et durables. Le MR et les partis de la coalition suédoise veulent-ils aller contre le sens logique de l’histoire ?

Les commentaires sont fermés.