Statut d’Artiste: l’heure est venue de rendre la parole aux artistes !

 

Après l’adoption (sans concertation ni même information) d’une réforme déplorable du statut d’artiste par le gouvernement fédéral qui exclut les techniciens, les jeunes et qui place de facto les artistes dans une situation de précarité…

Après des restrictions budgétaires au niveau culturel – gel de l’indexation des subventions des institutions et des aides à la création – qui auront particulièrement fragilisé le secteur artistique…

Les collectifs d’artistes en appellent à faire entendre leur voix pour l’avenir des politiques culturelles et demandent « la tenue de nouveaux Etats Généraux du Secteur artistique ».

 

L’organisation d’une réelle concertation fait partie des revendications d’Ecolo depuis longtemps. Ecolo s’engage donc à poursuivre la concertation et les rencontres menées jusqu’ici et s’engage à soutenir, par la voix de ses futur(e)s représentant(e)s au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et au Parlement fédéral, la concertation des secteurs artistiques, à savoir les différentes associations et groupes représentatifs des travailleurs des arts et de la culture (artistes, techniciens, auteurs, interprètes, étudiants et autres travailleurs intermittents). Nous nous mobiliserons pour que le travail soit collectif et interactif entre les différents niveaux de pouvoir compétents (le statut au fédéral et les politiques culturelles en Fédération).

 

En voulant éviter tout risque de « grand messe sans effet », nous nous assurerons que  cette concertation s’organise de la manière la plus concrète possible – par exemple, par l’organisation d’auditions au Parlement – et puisse donner lieu à une véritable ligne de conduite pour l’avenir des politiques culturelles, le soutien à l’emploi artistique et le statut d’artiste.

 

Notre premier objectif sera en effet de revenir sur la réforme Onckelinx – De Coninck de 2014 et de travailler à la mise en place d’un vrai statut pour les artistes.  Pour les écologistes, ce nouveau statut devra être non discriminatoire, il devra accorder une protection sociale aux artistes et aux techniciens, il devra répondre aux réalités professionnelles de terrain et il devra faciliter les démarches administratives. En d’autres termes, il s’agira, pour nous, d’aller dans le sens opposé à celui pris par le gouvernement fédéral dans sa récente réforme !

 

Zoé Genot et Muriel Gerkens

Députées fédérales

 

Isabelle Meerhaeghe et Véronica Crémasco

Députées wallonnes et communautaires

 

 

Les commentaires sont fermés.