Communiqué des vert Européens sur Doel 3 et Tihnage 2

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Bruxelles, 26 mars 2014

 

 

Doel 3 et Tihange 2

Deux réacteurs nucléaires remis à l’arrêt en Belgique

Hier, la décision est tombée de retirer du réseau les deux réacteurs belges controversées Doel 3 et Tihange 2 suite à de nouveaux tests effectués. Les deux réacteurs avaient déjà été mis à l’arrêt pour une année après la découverte, en 2012, de nombreux défauts dans l’acier dans les cuves des réacteurs. Les organisations environnementales et les Verts avaient déjà à l’époque vivement critiqué le redémarrage des deux réacteurs parce que de nombreuses questions préoccupantes demeuraient sans réponse.

 

Rebecca HARMS, coprésidente du groupe des Verts / ALE au Parlement européen a déclaré:

 

 » La décision, en 2013, de remettre les deux réacteurs en service fut hâtive et dangereuse. Il n’est toujours pas clair comment et quand les défauts dans l’acier se sont produits. Nous ne pouvons pas exclure non plus la possibilité que ces défauts existants aient évolués ou se soient aggravés pendant le fonctionnement des réacteurs. Une rupture de la cuve sous pression du réacteur aurait en Belgique densément peuplé et dans les pays voisins des conséquences catastrophiques.

 

La décision de remettre ces deux réacteurs à l’arrêt est donc la bonne. Il faudrait en tout cas définitivement exclure la possibilité de la remise en marche des réacteurs, tant le problème de l’origine des défauts n’a pas été entièrement éclairci. En outre, les documents sur les questions ouvertes et les tests supplémentaires devraient être rendus publics. « 

 

Bart STAES, membre du Groupe des Verts/ALE a pour sa part estimé que:

 

« Les centrales nucléaires vieillissent et constituent une menace pour la sûreté. L’an dernier, le gouvernement belge a négligé les critiques des rapports d’experts sur Doel 3 et Tihange 2. Mais les réacteurs sont maintenant à nouveau à l’arrêt. Nous espérons qu’une nouvelle enquête sur la sécurité des réacteurs ait lieu en toute transparence et soit prise au sérieux. De plus, les vieux réacteurs sont plus souvent à l’arrêt qu’en fonctionnement et constituent donc une menace pour notre approvisionnement en énergie plutôt qu’une solution. Il est clair qu’une énergie propre, abordable et sûre doit être la priorité de notre politique énergétique. »

 

Le 10 Avril prochain, le Groupe des Verts/ALE au Parlement européen, ensemble avec des experts indépendants, présentera une nouvelle étude sur les problèmes dans les réacteurs belges. Il s’agit d’une initiative de Rebecca Harms, présidente du groupe des Verts / ALE au Parlement européen et les militants anti-nucléaires d’Aix-la-Chapelle. »

 

Les commentaires sont fermés.