La gestion des déchets radioactifs nécessite une vigilance active et permanente

 

Le 6 février, les inspecteurs de l’Office Nationale des Déchets Radioactifs (Ondraf) découvraient des anomalies sur un des fûts de déchets radioactifs entreposés sur le site de Belgoprocess à  Dessel, à savoir un débordement de substance gélatineuse sur le couvercle et la paroi externe. Aujourd’hui, ce sont 42 fûts sur un échantillon de 58 fûts inspectés qui présentent ces anomalies alors que ceux-ci ne présentaient pas d’anomalies lors des inspections en 2006, soit il y a à peine 7 ans.

 

Il faut également constater que de telles anomalies avaient déjà été constatées par Electrabel en 2002 et 2003 sans que cela soit signalé à l’Ondraf.

 

Pour Ecolo, ces nouvelles révélations illustrent la difficulté de gérer efficacement la question des déchets nucléaires et surtout d’anticiper leur évolution. Alors que ceux-ci devront être stockés en sous-sol durant des centaines d’années avant de perdre leur radioactivité, il s’agit d’une question de sécurité publique.

Pour les écologistes, il serait donc imprudent d’opter pour des solutions de stockage soi-disant « irréversible » vu cette absence de maîtrise de la technologie existante.

 

La députée fédérale Ecolo Muriel Gerkens interpellera le Secrétaire d’Etat en charge de la  gestion des déchets  nucléaire prochainement sur ce sujet.

 

Ecolo demandera notamment :

 

1) de revenir à des inspections annuelles pour suivre l’évolution de ces déchets radioactifs ;

 

2) une inspection sur un échantillon plus large des fûts actuellement stockés ;

 

3) une évaluation globale des options prises quant au stockage « irréversible » des déchets nucléaires compte tenu de ces révélations.

 

 

Muriel GERKENS,

Cheffe de groupe Ecolo-Groen à la Chambre

 

Les commentaires sont fermés.