Budget de l’Etat : Un ajustement sans projet d’avenir qui va une fois de plus frapper les familles

1er juillet 2013  | Ecolo manifeste son inquiétude à l’annonce des premières mesures budgétaires présentées par le gouvernement. Depuis le début de la législature, le gouvernement aligne les exercices budgétaires douloureux, marqués par une logique d’austérité qui ne laisse aucune place au redéploiement et qui frappe plus particulièrement les catégories les plus fragiles de la société. L’ajustement budgétaire de cette nuit n’échappe pas à cette triste règle et ne corrige pas les mesures injustes et inefficaces appliquées depuis 2010.

La liste des victimes de l’austérité budgétaire vient en effet de s’allonger puisque le Gouvernement a décidé de s’attaquer aux familles via une diminution de l’allocation de rentrée.

Après la dégressivité des allocations de chômage, après avoir touché à l’allocation d’attente des jeunes, après la manipulation de l’index qui représente à elle seule une perte de 80 à 90 euros par an pour un salaire moyen, et après avoir supprimé les aides fiscales aux travaux économiseurs d’énergie, voici la diminution de 15% des allocations de rentrée : comme si la rentrée 2013 allait coûter moins cher que celle de 2012.

A contrario, Ecolo constate une fois de plus que les vrais responsables de la crise sont proportionnellement terriblement épargnés. La taxe d’équité ne corrigera que très partiellement la différence de pression fiscale qui pèse sur les PME par rapport aux multinationales qui continueront à user des trucs et ficelles fiscales pour toujours se rapprocher d’un taux d’imposition proche de zéro grâce aux intérêts notionnels.

De plus, Ecolo dénonce les conséquences vraisemblables du conclave fédéral sur les entités fédérées, les communes et CPAS. Les pouvoirs locaux risquent en effet de passer à nouveau à la caisse en 2014 alors qu’ils assument une part croissante des responsabilités du gouvernement fédéral et notamment en matière de solidarité. A titre d’exemple, Ecolo rappelle qu’en 2013 la chasse aux demandeurs d’emplois et la dégressivité des allocations de chômages couteront 50 millions d’euros pour la seule prise en charge des bénéficiaires du revenu d’intégration aux CPAS bruxellois et wallons (et donc des communes).

Les Régions, les Communautés et les communes jouent un rôle essentiel dans le redéploiement absolument nécessaire de nos régions et la cohésion sociale. En pressant ces entités qui ont déjà consenti des efforts

Les commentaires sont fermés.