Taxe sur les Transactions Financières Ce n’est pas le moment de céder au lobby bancaire !

 

 

Suite aux déclarations du président du CA de Belfius ce week-end et en écho à celles du patron de Febelfin ce lundi, le Ministre des Finances Koen Geens, a exprimé ce matin dans la presse son scepticisme  quant à la mise en place de la Taxe sur les Transactions Financières au plan européen. Pour les écologistes, ce n’est pourtant pas le moment de faire le choix de la tiédeur face au secteur bancaire, d’autant plus face aux enjeux budgétaires et à l’urgence de la lutte contre la spéculation. Tout au contraire, il conviendrait que le nouveau Ministre des Finances rappelle à l’ordre le dirigeant de cette banque publique à 100% qu’est Belfius.

Après 15 ans de combat écologiste, l’annonce d’une coopération renforcée entre 11 Etats européens en vue de la mise en place d’une Taxe sur les Transactions Financières constitue une source d’espoir énorme, à la fois pour générer de nouvelles ressources pour les politiques publiques des Etats et de l’Europe, au départ des capitaux, et pour lutter contre la spéculation qui déstabilise l’économie.

Dans ce cadre, le coup de frein que tente d’imposer le patron de Belfius et l’extrême prudence du Ministre des Finances sont de très mauvais augure.

C’est la raison pour laquelle ECOLO demande au Ministre des Finances de faire en sorte que la Belgique joue un rôle en pointe dans ce dossier, dès lors que c’est le premier pays à avoir voté une loi sur le sujet, plutôt que de rejoindre le camp des sceptiques.

De même, Koen Geens doit rappeler à l’ordre le président de Belfius. Plutôt que de s’opposer à une avancée essentielle pour l’avenir du secteur financier et des finances publiques, nous attendons de M. Bouckaert qu’il s’attache, en s’appuyant sur un mandat clair du Gouvernement fédéral, à refaire de l’ex Dexia Banque Belgique une banque publique en tout point exemplaire, qu’il s’agisse de sa politique de rémunération, de sa politique de prêt à l’économie réelle ou de sa présence dans les paradis fiscaux, pour ne citer que quelques exemples. Plus que jamais, une banque à capitaux publics doit montrer l’exemple des réformes nécessaires pour l’ensemble du secteur bancaire.

 

Georges GILKINET,

Député fédéral

Muriel GERKENS,

Cheffe de groupe ECOLO-Groen à la Chambre

 

Les commentaires sont fermés.