Les Verts appellent à créer des « droits de douane environnementaux » pour les produits US

 

Alors que le gouvernement fédéral a rapidement transmis un communiqué commun, mettant l’accent sur un « appel à l’unité européenne » face au retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, les réactions indignées n’ont pas tardé non plus du côté des entités fédérées et des partis de l’opposition. Une indignation qui ne « suffira pas », selon Ecolo, qui ose parler de décision « littéralement criminelle » dans le chef du remuant président américain. »Les gouvernements européens devront aller plus loin que les condamnations.

Contrebalancer un dumping environnemental

Il n’y a aucune raison de laisser un partenaire politique et économique comme les USA rompre unilatéralement un accord essentiel pour l’avenir de l’humanité sans que cela porte concrètement à conséquences », indique Patrick Dupriez, coprésident des Verts. Les conséquences envisagées du côté des écologistes: une modification des termes d’autres accords, commerciaux, par exemple, de manière à contrebalancer un « dumping environnemental ». « Le non respect de l’accord de Paris sur le climat va créer une distorsion majeure de concurrence entre l’Europe et le continent américain qui justifie de revoir le fonctionnement de l’OMC en donnant primauté à la sauvegarde du climat et à la protection de nos normes sociales et environnementales sur les autres réglementations. Concrètement, si les Etats-Unis de Donald Trump ne respectent plus les règles issues de la COP21, ils devront payer pour accéder au marché européen », précise le député européen Philippe Lamberts.

Sortir des accords de Paris, c’est aussi mépriser les populations les plus vulnérables

Conformément aux possibilités ouvertes par les règles de l’Organisation Mondiale du Commerce et de l’Union européenne, Ecolo proposera donc d’instaurer des droits de douane environnementaux au niveau européen à l’égard des biens et services importés des Etats-Unis, indique le parti. Le ministre wallon de l’Énergie Christophe Lacroix (PS) a quant à lui estimé que le volte-face de Trump, qui rejette donc les engagements pris par son prédécesseur, équivaut à « faire fi de la responsabilité historique qui a fait la richesse des USA ». « Sortir des accords de Paris, c’est aussi mépriser les populations les plus vulnérables qui subissent les conséquences du changement climatique », alors que les Etats-Unis sont un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre. Son de cloche similaire chez les humanistes du cdH, dont le président Benoît Lutgen parle d’une « décision d’une irresponsabilité historique envers les générations actuelles et futures ». « Elle reflète tristement le cynisme et le manque de vision dont font preuve M. Trump et son Administration depuis leur prise de fonctions », note le parti, qui se dit « révolté » par une décision qui plonge le géant américain dans un « obscurantisme médiocre, aux antipodes de l’Amérique des Lumières ».

L’image contient peut-être : dessin

Les commentaires sont fermés.