Projet Individualisé d’Intégration Sociale : le Ministre Borsus maquille l’exclusion sous un vernis d’intégration !

Photo (C) Reporters

Le 25 mars dernier, le Conseil des Ministres approuvait l’avant-projet de loi du Ministre de l’intégration sociale, Willy Borsus, visant à étendre le Projet Individualisé d’Intégration Sociale (PIIS) à tout nouveau bénéficiaire d’un revenu d’intégration sociale, avec effet rétroactif pour les personnes bénéficiant d’un RIS depuis le 1er mars 2016.

En savoir plus

URL de partage :

Par Muriel Gerkens
Publié le 20 mai 2016

+ -

Niveau 3

Cet outil d’accompagnement sur mesure, destiné à favoriser la réinsertion sociale et/ou professionnelle signé entre le centre et le bénéficiaire comportera, en plus des six clauses obligatoires, une série de conditions laissées au bon vouloir des CPAS. « Malgré la multitude d’avis négatifs émis par le milieu associatif et de nombreux représentants de CPAS, ainsi que par les auteurs de l’étude commandée par le cabinet du Ministre, qui dénoncent l’idée de généraliser ce contrat avec menace de sanctions en cas de non-respect, le Ministre ouvre grand la porte aux pratiques arbitraires et discrétionnaires », s’insurge la députée ECOLO Muriel Gerkens.

+ -

Niveau 4

Alors que plus de 70 % des CPAS jugent que l’on ne devrait pas imposer de service communautaire aux allocataires sociaux, le ministre Borsus reste sur sa position et l’inscrit dans son texte de loi. La réalisation d’un tel travail sur base volontaire équivaudrait, selon lui, à démontrer la disposition de l’ayant droit à travailler. Ceci n’est pas sans rappeler le souhait d’imposer un travail d’intérêt général aux chômeurs, évoqué il y a peu par la suédoise…

De plus, cette généralisation sanctionnerait par la même occasion les travailleurs sociaux qui disposeront de trois mois à partir de la date d’acceptation du dossier pour réaliser un PIIS. Une charge administrative qui s’annonce plus que conséquente pour de nombreux centres déjà submergés par des milliers de dossiers, et travaillant pour la plupart en sous effectif.

« Au lieu de considérer les travailleurs sociaux des CPAS comme des accompagnateurs à la co-construction d’un projet de vie et de participation sociale et / ou professionnelle ; à défaut de renforcer les moyens humains et financiers des CPAS afin de remplir cette mission ; et à défaut de lutter réellement contre le fléau du chômage, le Ministre poursuit son acharnement envers les plus fragilisés en imposant la politique du bâton. Une pratique excluante et stigmatisante entamée par le gouvernement DI Rupo avec sa chasse aux chômeurs, qu’Ecolo dénonce avec fermeté », conclut Muriel Gerkens.

+ -

Niveau 5

Un dossier suivi par

Muriel Gerkens

Muriel Gerkens

Députée fédérale

Je vous invite à visiter mon nouveau site internet www.gerkensmuriel.be

Les commentaires sont fermés.