Améliorer la qualité du travail est la meilleure façon d’économiser sur la sécurité sociale

Sécurité sociale

Photo Flickr (CC) ryan melaugh

Ecolo-Groen a pris connaissance, sans réel étonnement, de la nouvelle forte hausse du nombre des malades de longue durée. Ils étaient 370.400 à la fin de l’année dernière, soit une augmentation de 64% par rapport à il y a dix ans. « Ce problème de société grandit d’année en année. Ce sont des drames personnels, qui ont également un coût pour l’État et pour la sécurité sociale », commente la députée fédérale Ecolo Muriel Gerkens.

En savoir plus

URL de partage :

Par Muriel Gerkens, Georges Gilkinet
Publié le 10 mai 2016

Ecolo partage l’avis de l’Inami, selon lequel cette nouvelle hausse du nombre de malades s’explique par la politique du gouvernement. « Les deux derniers gouvernements fédéraux pensaient faire des économies en relevant de façon linéaire l’âge de la pension. Mais il s’agit en fait de fausses économies, dès lors qu’on assiste à une logique de vases communicants entre la pension et la maladie-invalidité. Ce qu’il faut plutôt, c’est améliorer la qualité du travail. C’est la façon la plus efficace d’économiser sur la sécurité sociale. C’est le travail qui est le malade à guérir », ajoute Muriel Gerkens.

« Le gouvernement a imposé à tous les travailleurs, quelle que soit la pénibilité de leur fonction, de travailler plus longtemps, sans veiller à rendre possible cet allongement des carrières. Il doit maintenant changer de cap. Comment augmenter la qualité du travail ? Comment concilier plus aisément vie privée et professionnelle ? Comment aménager la fin de carrière ? Comment mieux partager le travail disponible ? Ecolo et Groen ont déjà déposé un grand nombre de propositions pour répondre à ces questions. Travailler plus longtemps ne sera possible que si l’on travaille autrement », ajoute et conclut Georges Gilkinet.

Les commentaires sont fermés.