Risques du diesel : Qu’attend le gouvernement pour rendre les alternatives écologiques moins cher que les choix qui sont nocifs pour la santé et la planète ?

 

Aujourd’hui, nos enfants sont de plus en plus asthmatiques, les maladies respiratoires deviennent chroniques et les cancers du poumon provoquent la mort d’un trop grand nombre de citoyens.

Des sommes importantes sont consacrées pour traiter les malades qui souffrent de maladies chroniques ou de cancers et qui résultent de la pollution de l’air.
A coté de cela, peu de moyens sont consacrés à la prévention de ces risques. A la diminution des émissions de particules fines que nous respirons chaque jour.

Hier dans Le Soir, des pneumologues et des oncologues, lancent un appel urgent : le risque de développer un cancer du poumon est majoré de 20 à 50% lorsque l’on est exposé aux particules fines. Il faut rapidement sensibiliser les consommateurs à la diminution significative du diesel.

Ecolo rejoint l’appel des experts de la santé et a donc interpellé le Ministre des Finances ce jeudi 26 mars au Parlement fédéral. Muriel Gerkens, députée fédérale : « Le ministre des finances peut améliorer la santé des Belges. Il dispose des outils pour rendre les choix nocifs pour la santé et la planète moins avantageux. Il faut réorienter positivement la fiscalité afin de favoriser le recours aux transports en commun. Limiter les avantages fiscaux octroyés aux voitures de société aux seuls déplacements qui ont lieu pendant les heures de travail et surtout interdire progressivement celles qui consomment du diesel. »

A la question de la députée Ecolo, le ministre s’est contenter de faire référence à l’accord du gouvernement : augmenter faiblement les accises sur le diesel.

A l’heure où il manque 1,2 milliards d’euros pour le budget 2015, que le secteur de la santé est mis au régime pour des raisons budgétaires, les écologistes n’acceptent pas l’inertie du gouvernement fédéral par rapport aux enjeux qui touchent directement la santé de tous les Belges et qui ne profitent finalement qu’aux multinationales du pétrole.

Les commentaires sont fermés.