L’ensemble de la population belge doit disposer de pastilles d’iode !

Avis du Conseil Supérieur de la Santé

 

 

 

Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) vient de rendre un avis sur la protection de la thyroïde en cas d’accident nucléaire. Cet avis se base sur l’analyse et les conclusions que la communauté scientifique a pu faire suite à la catastrophe de Fukushima. Le CSS préconise notamment la mise à disposition de pastilles d’iode dans un périmètre de 100 km autours des centrales nucléaires avec une capacité de distribution qui doit répondre aux impératifs d’urgence. Pour Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo-Groen : « le Gouvernement fédéral doit impérativement suivre ces recommandations du Conseil. Tenant compte des sites nucléaires présents sur notre territoire et à nos frontières, c’est l’ensemble de la population belge qui est concernée. »

 

Le CSS revient dans son avis publié le 4 mars sur la nécessité de disposer d’iode non radioactif pour éviter le développement de cancer thyroïdien en cas d’accident nucléaire.

Aujourd’hui, la prédistribution d’iode stable est faite dans un rayon de 20 km autour des grandes installations nucléaires situées en Belgique. Au-delà, il est prévu des stocks décentralisés et la présence des produits nécessaires à la réalisation des pastilles d’iode dans les pharmacies.

Pour le CSS, il faut être opérationnel rapidement dans une zone de 100 km autour des centrales en cas d’accident, comme le cas de Fukushima l’a démontré. Le Conseil recommande dès lors la présence obligatoire, dans toutes les pharmacies et officines hospitalières, de conditionnements de grande taille de comprimés d’iode dosés.

Le rapport recommande également que la stratégie «quelle qu’elle soit » mise sur une distribution rapide et à large échelle de comprimés de pastilles d’iodes en cas d’urgence. Cette capacité de réagir dans l’urgence devrait être vérifiée de manière périodique.

Le CSS attire enfin l’attention sur une nécessaire meilleure information des médecins et des pharmaciens dans les zones concernées en matière de détection des produits.

« Le Gouvernement n’a pas d’autre choix que de suivre ces recommandations et de garantir la disponibilité de pastilles d’iodes pour chaque citoyen belge » conclut la députée fédérale Ecolo-Groen Muriel Gerkens. « La méthodologie du CSS appelle également le Gouvernement fédéral à revoir les dispositifs d’urgence. Ceux-ci sont également limités dans leur périmètre et n’offrent aujourd’hui aucune solution satisfaisante quant à l’évacuation, à l’accueil et au relogement nécessaires des familles en cas d’accident nucléaire. » ajoute Jean-Marc Nollet, chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.  

 « On ne peut rien laisser au hasard quand il s’agit de protéger notre population face aux risques liés au nucléaire. » concluent les députés écologistes.

Muriel GERKENS,

Députée fédérale Ecolo-Groen

Jean-Marc NOLLET et Kristof CALVO,

Chefs de groupe Ecolo-Groen à la Chambre

 

Les commentaires sont fermés.