Intervention de Muriel Gerkens relative au Budget 2015 – fonction publique

Compte rendu intégral de la séance plénière du 18-12-2014

 

 

 

 

Muriel Gerkens (Ecolo-Groen):

 

Monsieur le président, messieurs les ministres, chers collègues, mon intervention sera courte; elle sera le reflet du contenu de la note d’orientation politique que vous nous avez présentée en la matière et des budgets restants pour la Fonction publique.

Je voudrais revenir aujourd’hui une fois encore sur la réduction budgétaire, dont on a beaucoup discuté en commission.

Cette réduction budgétaire se concrétise notamment par une  politique de non-remplacement des fonctionnaires qui quittent leur poste. Outre l’ampleur de ce non-remplacement, on s’aperçoit aisément que nous serons confrontés à un vieillissement des fonctionnaires qui restent. Dans certains services, il serait intéressant de calculer la moyenne d’âge des agents; vous verrez que la situation pourrait être dramatique car totalement déséquilibrée. En effet, on ne peut pas se passer de fonctionnaires à tous les postes. Vous n’intégrez pas le hasard des âges dans votre gestion des ressources humaines.

Le gouvernement affirme qu’il veut augmenter le nombre de femmes dans la Fonction publique et plus particulièrement aux postes de direction, qu’il veut augmenter la diversité culturelle des fonctionnaires, qu’il veut augmenter le nombre de personnes handicapées engagées. Fort bien, mais comment voulez-vous appliquer cette volonté dès lors que l’on réduit à ce point les possibilités d’engagements? Vos objectifs affichés sont donc des leurres!

Je peux comprendre et je veux bien admettre la nécessité de changer la gestion, la dynamique, l’organisation. Mais cela ne pourra se faire que si, et seulement si, l’objectif est de développer le service public afin de répondre au mieux aux besoins des citoyens et des entreprises.

Je suis d’accord d’améliorer un fonctionnement, si c’est pour valoriser davantage le rôle de l’État en tant que régulateur, en tant que bon gestionnaire.

Il faut que les services aient la capacité d’exercer leur contrôle, la gouvernance et la gestion de l’État, ce dernier étant le garant de la solidarité. Car tel est notamment le rôle de la fonction publique.

Par contre, je suis opposée aux changements qui ont pour but de détricoter le service public au bénéfice d’acteurs privés pour en arriver à un État qui ne remplit plus son rôle de régulateur.

Vous parlez, monsieur le ministre, d’une gouvernance, d’une gestion des ressources humaines dynamique qui poussera chacun au bout de ses compétences, mais la manière dont vous l’avez expliqué en commission et la manière dont vous l’avez décrit dans vos notes de politique, c’est dépassé.

Les entreprises privées qui fonctionnent bien aujourd’hui ont intégré le fait que quand on veut avoir du personnel efficace et mobilisé, on construit ensemble les objectifs à atteindre, on construit ensemble la manière dont le travail sera réparti, on construit ensemble des méthodes de travail et d’évaluation.

On n’y arrive pas en imposant des règles in abstracto et en mettant les gens en concurrence les uns avec les autres, en leur disant qu’ils seront payés à la tâche – comment ces tâches seront-elles définies? – ou en leur disant qu’ils seront payés selon l’efficacité, qu’ils seront valorisés dans leur carrière en fonction de cette efficacité.

Je vous invite donc vraiment à renoncer à cette gouvernance qui est tout à fait dépassée. Je pense que même en vous inspirant des modes de gouvernance des entreprises privées, vous découvrirez qu’il faut fonctionner autrement.

Je suis aussi horrifiée par la situation des contractuels. Ce n’est pas nouveau, vous n’en êtes pas responsable mais voyez la proportion de contractuels dans la fonction publique. Ce qui m’inquiète également pour le moment, c’est le dégraissage et la diminution des budgets. Les contractuels sont virés du jour au lendemain.

Dans les centres d’asile qui vont fermer, les travailleurs contractuels ont leur préavis au 31 décembre de cette année. Antérieurement, il y a déjà eu des fermetures, des arrêts de contrat collectifs mais il y avait au moins un plan d’accompagnement, un plan de reclassement avec les travailleurs. Aujourd’hui, rien, on s’en fout complètement; le but est de diminuer le nombre de fonctionnaires et peut-être plus particulièrement dans ces secteurs d’activité.

L’informatisation est présentée comme étant non pas un outil au service de la fonction publique,

visant à améliorer le service aux citoyens ou aux entreprises, mais plutôt comme une espèce de dieu virtuel qui pourra remplacer les relations humaines.

Or, on sait, là aussi, que pour avoir un service efficace qui correspond bien aux besoins, à une bonne organisation des relations entre les citoyens et les services publics, il faut qu’il y ait une relation humaine. Dans la manière de traiter un dossier, l’informatique n’est qu’un outil.

Je rejoins donc ceux qui ont déjà exprimé la crainte que derrière ces politiques proposées, il y ait finalement un détricotage du service public d’une manière générale, et du service public fédéral en particulier.

Là, j’insiste pour que le MR, le partenaire libéral francophone qui est dans ce gouvernement, soit attentif à ne pas participer à un détricotage de la fonction publique fédérale car lorsque ce sera fait, ce sera trop tard, elle sera considérée comme inopérante et dès lors inutile.

Derrière une fonction publique fédérale inutile, il y a un État qui dès lors est déclaré inutile également.

 

 

Ministre Van De Putte :

 

Ik heb vier soortgelijke uiteenzettingen gehoord, waaruit blijkt dat de regering inderdaad een andere visie heeft op het openbaar ambt en die ook uitwerkt. Dat is duidelijk. Ik repliceer in twee delen.

Ten eerste, van mijn partij en mijzelf probeert men nogal eens een beeld op te hangen als orden wij enkel door cijfers gedreven. Voor een goed begrip zal ik eerst een paar cijfers geven, om dan een en ander te kaderen. Voor 2014 wil ik aanhalen dat niet de huidige regering, maar een vorige regering, met uw partij aan het hoofd, mevrouw Fernandez, heeft beslist om 2 % te besparen op

personeelskredieten, 15 % op werkingskosten en 20 % op investeringen. Wat doet de huidige zogezegde harteloze regering? Die doet er gewoon 2 % bovenop. Wij gaan inderdaad naar 4 % in plaats van 2 % vorig jaar. We gaan naar 20 % op werkingskosten in plaats van 15 %, zoals u gedaan hebt, dus we doen daar 5 % bovenop.

Bij investeringen doen we 2 % bij. De inspanningen die wij vragen, zijn dus 2 %, 5 % en 2 %.

Dan kom ik graag tot de kern van de zaak. Laten we het niet over cijfers hebben, maar over mensen. U zegt dat wij geen visie hebben. U wilt van mij vernemen, mevrouw Fernandez, mijnheer Top, wat de vervangingsratio is; de heer Van Hees zegt gewoon zelf wat de vervangingsratio zou zijn.

Wel, ik geef geen vervangingsratio. Dan zegt men dat ik geen visie zou hebben. Dat mag u rustig zeggen. Ik zal daartegen inbrengen dat ik uitga van vertrouwen. Het gaat er niet over dat de directeurs van de FOD’s en de POD’s hun plan moeten trekken, wel dat wij erop vertrouwen dat zij als directeur of manager van hun organisatie het best kunnen bepalen op welke manier zij kunnen voldoen aan wat de regering budgettair van hen verwacht. Wie beter dan zijzelf immers kan bepalen welke taken kerntaken zijn en moeten worden voortgezet? Wie beter dan zijzelf kunnen uitmaken hoe ze kunnen samenwerken zodat ondersteunende functies inderdaad ter

beschikking zijn? Dat heet vertrouwen, mevrouw Fernandez, dat heet responsabiliseren. Ik begrijp dat u dat niet wenst. U wenst eigenlijk dat ambtenaren met de juiste kleur, ongeacht kennis of kunde, op de juiste plaats zitten; zij zullen het dan wel zeggen.

 

Mevrouw Onkelinx, de maatregelen die u de vorige jaren hebt genomen met uw regering, met uw premier, onverantwoord waren. Daarop komt het eigenlijk neer. Het is goed dat u mijn antwoord even bevestigt.

Mijnheer Top heeft een aantal concrete vragen gesteld, waarop ik concrete antwoorden probeer te geven. U vraagt wie er gelijk heeft. Als die veertien directeurs vandaag zeggen dat ze dat niet kunnen en dat er ongelukken zullen gebeuren, dan vraag ik hun wat ze de vorige jaren dan hebben gedaan om rond te komen met de budgetten die de vorige regering hen had toegekend. Het is niet zoveel erger.

U vraag wie er gelijk heeft. Als zij denken dat alles bij het oude zal blijven en het wel vanzelf in orde zal komen zolang ze maar hard genoeg chreeuwen, dan denk ik dat ze gelijk hebben.

Dan zal het inderdaad niet lukken. Als zij echter zeggen dat ze verantwoordelijk zijn voor hun departement, als ze weten hoe dat ineensteekt, welke processen ze moeten uitvoeren en welke

Deliverables zij hebben ten aanzien van de burgers en de diensten die zij moeten leveren, als

ze zich daarop focussen en in plaats van brieven schrijven aan een plan zouden beginnen werken, zeg ik dat ik gelijk heb.

Maar het kan zijn dat ze gelijk hebben. Als ze denken dat het hetzelfde zal blijven, dan hebben

ze gelijk. Dan zal het niet lukken. Dat is heel duidelijk.

Ten slotte, wat betreft een algemene visie op Ambtenarenzaken en op de functie van het overheidsapparaat op federaal niveau. Als u zegt dat ik welk apparaat dan ook wil uitkleden, dan antwoord ik dat ik vooral wil zorgen dat we betere diensten kunnen leveren, met betere ambtenaren die zich beter voelen in hun vel.

Daaraan ben ik aan het werken en daarom, mevrouw Fernandez-Fernandez, zal ik nooit spreken over een vervangingsratio, want dat is uiteindelijk de keuze die men binnen het departement maakt. Misschien moet de overheid meer leren dat er budgetten zijn die moeten worden gerespecteerd en ze effectief respecteren.

 

Les commentaires sont fermés.