Question de Muriel Gerkens à la Ministe de Block sur le cannabis thérapeutique

COMPTE RENDU

INTÉGRAL

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE,

Mardi 05-06-2018, pm

Questions jointes de

- Mme Karin Jiroflée à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « l’usage médicinal du cannabis » (n° 25382)

- M. Daniel Senesael à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la régulation du cannabis à usage médical » (n° 25404)

- Mme Anne Dedry à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « le cannabis à usage médical » (n° 25537)

- Mme Muriel Gerkens à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la culture du cannabis thérapeutique en Belgique » (n° 25800)

Muriel Gerkens (Ecolo-Groen):

Madame la ministre, j’ai été étonnée d’apprendre par la presse qu’une collègue de l’Open Vld affirmait que vous prépariez un arrêté royal visant à légaliser la culture du cannabis thérapeutique afin d’en produire de l’huile, en vue de l’utilisation, notamment, sur des enfants atteints d’épilepsie lourde. C’est de cette manière que j’ai eu accès à cette information.

 J’ai été étonnée, parce que nous avons déjà eu de nombreux échanges sur l’extension de l’usage du cannabis à usage médical et médicinal, à laquelle je suis tout à fait favorable. Je n’ai pas de critique à formuler si telle est l’évolution des choses, mais j’aimerais recevoir des informations de votre part. Confirmez-vous ces informations et les motivations de cette possible autorisation? Je voudrais comprendre pourquoi vous étendriez spécifiquement l’usage à l’épilepsie chez les mineurs. Est-ce en lien uniquement avec le projet de la firme productrice? Ou d’autres facteurs sont-ils pris en compte en la matière?

 J’ai malgré tout envie d’élargir le champ de la question en vous demandant quand un usage élargi du cannabis sera autorisé pour toute une série de pathologies. D’autres pays l’ont fait, et les patients en sont satisfaits.

Minister Maggie De Block:

Traduction de ce qui suit : il s’agit donc de faire des recherches et non de la vente directe de médicaments car il faut des garanties de qualité préalable comme pour tout médicament et spécifiquement pour les médicaments destinés aux enfants.

De nouvelles applications pourraient découler de ces recherches.

Mais recherche et vente sont deux dimensions différentes. Je veux garantir sécurité aux patients et standardiser les productions de médicaments sur base scietifique.

Er zijn twee elementen in deze.

 Ten eerste, er is de mogelijkheid om cannabis of cannabinoïde voor medicinale doeleinden te gebruiken. Ik herinner u aan het KB voor Sativex dat ik heb opgesteld, dat weliswaar helemaal gericht is op het gebruik door MS-patiënten met spasmen die niet reageren op de gewone geneesmiddelen. Bij medische evidentie konden hiervoor ook andere zaken in aanmerking komen.

 Ten tweede, er is het feit dat wij in ons land geen teelt hebben om op een gestandaardiseerde manier onderzoek te doen naar de werking van cannabis als grondstof voor medicinaal gebruik. Er wordt veel gezegd over alle mogelijke werkingen ervan, maar er is nog geen onderzoek naar gebeurd.

 Mijn diensten werken aan een voorstel van wettelijke bepalingen voor de teelt van de gestandaardiseerde cannabis als grondstof voor medicinaal gebruik. Dat is een voorstel dat in de regering moet worden besproken. Wij zijn daarvoor nu tal van adviezen aan het inwinnen.

 Ik benadruk dat de wettelijke bepalingen, onder andere voor onderzoek naar cannabis, mogelijk zullen worden gemaakt voor alle bedrijven in ons land die zich daaraan willen begeven. Zij zullen ook aan veiligheids- en wetenschappelijke vereisten moeten voldoen. Zij zullen dus zelf niet mogen verkopen, zoals dat ook in Nederland het geval is.

 Wat geneesmiddelen op basis van cannabis betreft zijn enkel farmaceutische specialiteiten toegelaten. Zij worden immers slechts vergund na een strenge evaluatieperiode. Dit gebeurt niet om de farmaceutische industrie een cadeau te doen, maar wel om de kwaliteit, de veiligheid en de doeltreffendheid van dergelijke geneesmiddelen te garanderen.

 Als men die producten aan kinderen wil geven, hebben wij er volgens mij alle belang bij dat de veiligheid gegarandeerd is.

 In verband met deze grondstof wil ik stap voor stap werken aan een wettelijk kader. Ik ga slechts verder als hiervoor een voldoende weten­schappelijke basis is.

 Une première étape a déjà été franchie par un arrêté royal en 2015, avec la possibilité de mise sur le marché de spécialités à base de cannabis, il s’agit du salvitex.

L’étape suivante sera la possibilité de culture de cannabis à des fins de recherche scientifique et d’usage médical. En fonction des résultats des recherches, d’autres applications pourraient être envisagées. Aujourd’hui, nous ne sommes pas encore arrivés à l’étape d’autorisation de l’utilisation du cannabis médical.

 J’insiste par ailleurs sur le fait que depuis 2015, la possibilité existe de mettre des spécialités pharmaceutiques à base de cannabis sur le marché. Un tel produit est déjà disponible pour les patients dans certaines indications. Il est primordial de garantir la sécurité de ces produits. J’estime qu’une approche prudente est nécessaire.

Traduction de ce qui suit :

Un projet de reconversion de site dans le Limbourg par la province de Limbourg a croisé le projet d’une entreprise qui souhaite mener des recherches scitentifiques sur les usages médicaux du cannabis.

Ils ont signalé qu’il leur manquait un cadre légal permettant ces recherche sur le cannabis, car substance psychotrope.

Le futur AR en préparation donnera ce cadre légal pour cette recherche. Il sera référence légale pour toute entreprise qui voudrait faire ce type de recherche.

Ceci n’a rien à voir avec la production d’huile de cannabis. Il y a eu intervention de la justice vis-à-vis d’un forunisseur d’huile de cannabis et mélange des deux dossiers.

Een firma heeft inderdaad gevraagd of het een wetenschappelijk project in een reconversiesite in Limburg – het betrokken meisje woont in Kinrooi – mocht ontwikkelen. De nodige stappen werden alvast gezet, maar ik heb gemeld dat er een gebrek aan een wettelijk kader was. Wij zijn uiteraard voorstander van een gecontroleerde kweek wanneer die kan dienen als grondstof voor wetenschappelijk onderzoek, want dat zal ons informatie geven over bijkomende toepassingen. Het wettelijk kader daarvoor bestaat echter nog niet en ik kan dat momenteel dus niet toelaten, zelfs niet als proefproject, aangezien dat proefproject over meerdere jaren loopt. Zonder een wettelijk kader kan dat niet. Wij hebben daarom het algemeen wettelijk kader geanalyseerd en een voorstel geformuleerd dat die lacune zou kunnen verhelpen. Dat voorstel geldt dan meteen op gelijke wijze voor alle potentiële bedrijven, want als er in Kinrooi een kweek opgezet kan worden, dan kan dat ook op andere plaatsen in ons land.

 Dat werk werd in alle stilte en discretie verricht en dan komt er het geval van cannabisolie bij een jong patiëntje, waar men een vermeende gunstige evolutie meent op te merken dankzij die cannabisolie. Dat heeft er echter niets te maken, want het is geen olie die daar wordt gemaakt.

 Dat is in de actualiteit gekomen omdat de leverancier van die cannabisolie nog 250 andere afnemers had buiten die familie, waarna het gerecht een inval heeft gedaan en alles in beslag heeft genomen. Dit om aan te tonen hoe iets allemaal kan rollen en twee dossiers door elkaar worden gehaspeld.

 En dan is de vraag of ik tegen cannabis als geneesmiddel ben. Wie zou ik zijn om onze patiënten een betere pijnstiller of een beter middel tegen spasmen te ontzeggen? Het moet echter wel aan alle vereisten voldoen, zoals met de farma-aanvragen.

 Het moet een veilig, betrouwbaar en stabiel product zijn. Wij moeten dus eerst een gecontroleerde kweek hebben vooraleer een stabiele grondstof kan worden ontwikkeld.

 Wij zullen er wel komen, alleen zijn er twee heel verschillende dossiers dooreen gehaspeld. Ik zie bovendien dat de reacties altijd anoniem en soms heel bizar zijn.

 Alles voor de veiligheid van de patiënt. Ik wil geen doden op mijn geweten hebben.

Muriel Gerkens (Ecolo-Groen):

Madame la ministre, je vous remercie d’avoir clarifié les informations un peu confuses.

 Je suis favorable au fait qu’on autorise la recherche pour l’utilisation du cannabis dans la production de médicaments. Mais des produits et des expériences existent ailleurs et sont peut-être utilisables chez nous sans devoir refaire toutes les recherches.

L’incident est clos.

Question de Muriel Gerkens à la Ministre De Block sur les infirmières et les réseaux hospitaliers

5 juin 2018

Réseaux hospitaliers-place des infirmier.ère.s dans les concertations et dans les organes faîtiers des futurs réseaux hospitaliers loco-régionaux 

Questions et réponses de la ministre

- Mme Catherine Fonck à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « l’intégration et la représentation des infirmiers au sein des réseaux hospitaliers cliniques » (n° 24824)

- Mme Muriel Gerkens à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « les infirmières et les réseaux hospitaliers » (n° 24836)

03.01  Catherine Fonck (cdH): Madame la présidente, madame la ministre, tout comme nous, je pense que vous avez reçu différents courriers au sujet de l’intégration et de la représentation des infirmiers au sein des réseaux hospitaliers cliniques. Quand j’ai déposé ma question, le 4 avril, je n’avais alors reçu que le courrier de l’Union générale des infirmiers de Belgique (UGIB) qui vous a également écrit.

Depuis lors, il est vrai que j’ai reçu d’autres courriers, notamment des organisations syndicales, mais j’ai aussi eu l’occasion de rencontrer et d’avoir connaissance d’autres difficultés relevées par d’autres soignants, dont les pharmaciens et les kinésithérapeutes.

Le message relayé par les soignants contient le regret de ne pas avoir été entendus ni consultés dans le cadre de cette réforme relative à la mise en place des réseaux hospitaliers cliniques. Ils formulent d’ailleurs une série de demandes qu’ils estiment essentielles pour que les infirmiers obtiennent une place claire et équitable au sein de cette réforme et de l’organisation du paysage hospitalier.

Ils avancent d’ailleurs une série de possibilités: la participation des infirmiers à l’organisation des réseaux, la mise sur pied de conseils infirmiers locaux, la création de la fonction d’infirmier en chef de réseau, l’intégration systématique de la profession d’infirmier dans le futur projet de loi concernant le réseautage clinique entre les hôpitaux, l’implication des infirmiers dans la réalisation des conventions INAMI et un droit de participation et de vote sur la répartition de l’enveloppe financière générée par les infirmiers.

Faut-il rappeler à nouveau que les infirmiers représentent le personnel le plus nombreux dans les institutions hospitalières?

Madame la ministre, pourquoi n’avez-vous eu aucune concertation, du moins jusqu’à présent – à moins que ce soit le cas depuis début avril -, avec les représentants des infirmiers dans le cadre de cette réforme relative aux réseaux hospitaliers cliniques? Je pense notamment à l’UGIB qui est un acteur important dans ce domaine. Quelles réponses formulez-vous à l’égard de l’ensemble des demandes exprimées dans leur courrier du 26 mars 2018? Avez-vous déjà entre-temps ou allez-vous, à présent que le texte a été transmis au Conseil d’État, mettre en place une concertation avec les représentants des infirmiers?

03.02  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Madame la ministre, j’ai également été interpellée fin mars par les organisations d’infirmiers mais, à ce sujet, je vous avais déjà interrogée fin janvier à propos de leurs préoccupations. En effet, ils étaient exclus des discussions et dispositifs prévus dans l’organisation des réseaux hospitaliers cliniques locorégionaux.

À la fin du mois de janvier, vous n’aviez pas donné ni de suite précise, ni de réponse claire, ni de volonté affirmée de les impliquer et de les associer aux organes de gestion, d’organisation et de coordination des futurs réseaux.

Ils sont donc revenus vers moi avec des questions plus précises sur la fonction d’infirmier chef de réseau, de conseil médical, de conseil infirmier, du droit de décision et du droit de vote dans la répartition de l’enveloppe financière générée par les infirmiers, ainsi que leur implication dans les conventions INAMI. Depuis lors, y a-t-il eu des concertations? Quel est le suivi que vous avez donné à ces demandes?

Globalement, les infirmiers devront être associés aux médecins dans les futures organisations de soins ainsi qu’au niveau du pouvoir décisionnel, d’autant que des modifications doivent intervenir dans les fonctions et les tâches entre prestataires de soins.

Maggie Deblock, ministre: Chères collègues, j’ai également reçu un courrier venant de l’Union générale des infirmiers de Belgique (UGIB) et reprenant certains ponts d’attention à la suite du projet de loi relatif à la collaboration avec les hôpitaux faisant partie des réseaux cliniques locorégionaux.

Nous sommes conscients du fait que la réforme que nous proposons provoque d’importantes répercussions sur toutes les parties concernées. Lors de la préparation du projet, nous avons pris largement le temps de discuter avec de nombreuses parties prenantes.

Les missions des réseaux consistent, en premier lieu, à définir la stratégie médicale en ce qui concerne les missions locorégionales et la collaboration avec les points de référence. La définition de cette stratégie aura également un impact sur la politique d’investissement des hôpitaux qui, dans la plupart des cas, dépend des honoraires des médecins.

Le projet de loi relatif aux réseaux cliniques locorégionaux reflète différents aspects de la loi actuelle sur les hôpitaux. La fonction de médecin-chef et l’existence d’un conseil médical font partie de la législation organique depuis longtemps. La loi sur les hôpitaux ne fait mention d’aucun conseil de l’art infirmier.

La critique formulée par l’UGIB porte donc sur la législation existante relative aux hôpitaux et non sur le projet de loi relatif aux réseaux.

De plus, étant donné que les soins au patient restent une mission de l’hôpital individuel, il serait peu judicieux de prévoir un département infirmier ou un directeur infirmier au niveau du réseau. Cependant, il n’est pas interdit de créer un conseil consultatif spécifiquement consacré à l’art infirmier au niveau du réseau. Sachez qu’il ne sera toutefois pas ancré dans la loi.

Enfin, je souhaite souligner que j’ai veillé à inclure une expertise pour les soins de santé au sein des organes de gestion du réseau. Conformément au projet de loi approuvé par le Conseil des ministres en première lecture, au moins un tiers de l’organe de gestion du réseau hospitalier clinique locorégional doit être composé de membres disposant d’une expertise spécifique pour les soins de santé. Il vaut mieux éviter que ces personnes soient reliées à l’un des hôpitaux du réseau, afin de garantir l’autonomie nécessaire à la prise de décision.

Je pense sincèrement que le fait d’inclure une expertise en art infirmier dans la gestion aura un impact plus important sur la prise de décision médicale réfléchie que le fait de prévoir une représentation des intérêts des infirmiers au niveau du réseau. Il existe déjà suffisamment de mécanismes et d’organes pouvant assumer cette représentation dans le domaine du droit du travail.

.

Les syndicats qui prétendent qu’il n’y aura plus de travail dans les soins de santé. Étant donné que vous connaissez toutes les études sur ce sujet, vous savez très bien que le nombre de personnes travaillant dans le domaine des soins augmentera dans les années à venir.

Er zijn continu contacten op mijn kabinet met alle betrokken organisaties. Contacten hebben en luisteren, wil niet zeggen doen wat zij willen. Overleg is één zaak, de pen laten vastnemen door de syndicaten is een andere zaak. Ik lieg er niet over, ze worden allemaal gehoord en er wordt ook naar hen geluisterd.

U vraagt een vertegenwoordiging op het niveau van de netwerken. Mevrouw Gerkens zei het reeds. Wat dan met de kinesisten? Wat dan met de verzorgenden? Wat dan met de mantelzorgers? Dan gaan wij een Chinees leger maken op het niveau van het netwerk. Als u zo de vis wilt verdrinken, bent u goed bezig.

Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Madame la ministre, vous avez dit avoir parlé aux nombreux acteurs concernés. Mais vous ne parlez pas des infirmiers et des infirmières. Si vous avez rencontré ces derniers au sujet des réseaux, ce serait bien de le dire. Vous n’en faites pas mention dans votre réponse.

Il est vrai que leurs revendications concernant leur implication dans la gestion, la vision, les stratégies et les projets stratégiques des hôpitaux ainsi que dans l’organisation et la répartition des budgets sont antérieures. Cependant, l’organisation des réseaux était justement l’occasion de revoir les choses puisque cette question va de pair avec une autre manière de financer les hôpitaux. Je pensais que l’objectif était également de diminuer le lien direct entre prestations et financement de l’hôpital. Mais, dans votre réponse, vous dites ne pas vouloir les impliquer dans les organes décisionnels …

03.09  Maggie De Block, ministre: Au niveau des réseaux. 

03.10  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Or, il y a une vision globale car il y a des hôpitaux de référence, des hôpitaux experts, des hôpitaux de proximité.

03.11  Maggie De Block, ministre: des services, pas des hôpitaux

03.12  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): D’accord. Il y aura donc des services. Mais s’il y a bien une catégorie de professionnels de la santé qui sont transversalement présents partout, ce sont les infirmiers et les infirmières. Ce sont les seuls. Ce faisant, cela vaut la peine de réfléchir avec eux.

Question de Muriel Gerkens à la Ministre de Block sur a classification de fonctions et les barèmes des infirmiers (ères) en hôpital

 6 juin 2018

classification des fonctions infirmier.ère.s dans hôpitaux : Questions et réponses ministre santé

04 Questions jointes de

- Mme Catherine Fonck à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la nouvelle classification de fonctions des infirmiers » (n° 24948)

- M. Daniel Senesael à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « les craintes des infirmiers concernant la réforme des fonctions hospitalières » (n° 25061)

- Mme Muriel Gerkens à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la classification de fonctions et les barèmes des infirmiers (ères) en hôpital » (n° 25598)

- Mme Véronique Caprasse à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la mise en oeuvre de la nouvelle classification des fonctions IFIC » (n° 25654)

- Mme Muriel Gerkens à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la classification de fonctions et les barèmes des infirmiers(ères) en milieu hospitalier » (n° 25790)

 Questions :

Nous avons été contactés par l’ensemble des fédérations des infirmiers et infirmières, en tout cas des organes les rassemblant, qui ont exprimé leurs inquiétudes sur les conséquences négatives de cette classification des fonctions relatives aux missions, fonctions et barèmes du personnel infirmier. Il est vrai que vous aviez dit, à un moment donné, que vous alliez organiser les choses autrement. Des inquiétudes s’expriment concernant

- la fin de la prise en compte dans l’élaboration des barèmes salariaux, des anciennetés et des dpilômes de base ainsi que des formations en spécialisation.

- quid des barèmes IF-IC pour les contrats en cours ? Quelle évlauation des risques de pertes de revenus ?

- des fonctions ont été omises ou sont mal appréciées

 – les infirmiers chefs d’unité auront une fonction différente et donc un salaire différent selon que l’unité qu’ils dirigent est grande ou petite. Pouvez-vous expliciter ces notions de grande ou de petite unité? Sur quelle base la taille d’une unité sera-t-elle définie?

 – les étudiants qui seront diplômés en juin prochain obtiendront leur TPP/QPP?

Nous avons également été contactés par les syndicats qui ont négocié les accords qui ont abouti à ces classifications IFIC. Ils nous ont dit que le système proposé était le bon système.

Au cours des auditions relatives aux professionnels des soins de santé, les représentants des psychologues cliniciens hospitaliers nous ont indiqué que la classification IFIC ne reprenait pas certaines fonctions, qu’elle ne correspondait pas toujours à la réalité et que les barèmes n’étaient pas adaptés. Bref, plusieurs critiques ont été émises, sans pour autant aller nécessairement dans le même sens.

Madame la ministre, pourriez-vous nous informer des conséquences de cette classification? Plus précisément, quels en seront les impacts à court et long termes sur les barèmes et évolutions de carrière. De même, quels en seront les inconvénients et les avantages?

Il semble que, le 30 mai, vous avez rencontré les syndicats et les représentants des fédérations des infirmiers et infirmières. Avez-vous abouti à une position claire et commune?

  Maggie De Block, ministre: Mesdames Fonck, Gerkens et Caprasse, monsieur Senesael, comme vous, j’ai pris connaissance des préoccupations de la Fédération nationale des infirmières de Belgique et d’autres organisations professionnelles. Entre-temps, elles ont été communiquées aux partenaires sociaux.

Je confirme que nous n’avons pas attendu leurs réactions pour organiser, en date du 30 mai, une concertation au sein de ma cellule stratégique avec l’ASBL IFIC et l’Union générale des infirmiers de Belgique (UGIB) – la structure faîtière dont fait partie la Fédération nationale des infirmières de Belgique. Tous les points posant problème à la profession d’infirmier ont été abordés.

Ensuite, et à notre demande, ils ont aussi changé la rubrique « questions-réponses » sur leur site internet pour mieux répondre aux interrogations du public.

Je souhaite à présent expliquer en quoi consiste véritablement le modèle IFIC. Il s’agit d’un modèle salarial négocié qui a été développé sur la base d’une concertation entre les employeurs et les employés au sein de la commission paritaire. Son caractère novateur est attesté par le fait que les employés seront payés en référence au contenu et au poids de leur fonction, et non plus uniquement selon le critère du diplôme. En outre, l’évolution de leur salaire au cours de leur carrière sera nettement moins influencée par le principe de l’ancienneté.

Par conséquent, leur salaire de départ sera plus élevé. Cela correspond parfaitement au déploiement de l’IFIC, comme le prévoit l’accord de gouvernement, en vue d’améliorer le caractère attrayant des jobs dans le secteur des soins.

Pour réduire la tension salariale existante, les partenaires sociaux ont notamment choisi d’intégrer les primes TPP (titre professionnel particulier) et QPP (qualification professionnelle particulière) des infirmiers et infirmières dans les barèmes de base.

En outre, le système de primes existant sera supprimé. Cette décision a été prise en concertation avec les partenaires sociaux et fait partie de l’accord social et des conventions collectives de travail que les partenaires sociaux ont conclus en exécution de cet accord. Évidemment, les montants nécessaires au financement de ce système ont aussi été approuvés par le gouvernement. Ils figurent dans les tableaux.

Lors de l’introduction de l’IFIC, il a été décidé qu’on ne peut en aucun cas toucher aux droits acquis. Aucun membre du personnel ne peut voir sa situation se détériorer du fait d’être passé au système IFIC. Dans cet ordre d’idées, les infirmiers et infirmières qui avaient droit à une prime la conservent. Dans un premier temps, cette catégorie d’employés ne pourra pas passer dans le système IFIC. Ces employés conserveront leur ancien barème salarial, y compris la prime TPP/QPP.

La classification est en cours d’implémentation depuis janvier 2018. Tous les travailleurs en service ont reçu les informations concernant leur fonction et leur niveau salarial potentiel au 30 avril et disposent de deux mois – jusqu’au 30 juin -, pour l’introduction éventuelle d’un recours.

Le travailleur actuellement en service peut opter pour le maintien de son barème actuel ou pour la classification IFIC, à l’exception des infirmiers porteurs d’un titre professionnel particulier (TPP) ou d’une qualification professionnelle particulière (QPP). Les nouveaux employés entreront, quoi qu’il en soit, dans le système IFIC qui est plus avantageux pour eux. Les nouveaux salaires de la première phase seront payés en juillet.

L’IFIC est un système évolutif. Une phase d’entretien intensif démarrera à l’automne 2018. Dans ce cadre, il est prévu de mettre à jour les fonctions, d’une part en ajoutant les fonctions manquantes, et d’autre part en actualisant les profils existants.

Une attention toute particulière sera accordée à l’apport du terrain. En effet, le feed-back que les partenaires sociaux et l’ASBL IFIC reçoivent actuellement, notamment par l’intermédiaire des différentes organisations professionnelles, sera intégré dans la phase d’entretiens.

De notre côté, nous transférons toujours par mail à l’ASBL IFIC les remarques individuelles de citoyens, d’infirmiers et d’infirmières et de psychologues qui nous parviennent et nous leur demandons de répondre.

Enfin, je souhaite également signaler que la possibilité de déployer l’IFIC dans le secteur public est actuellement examinée, comme demandé lors de la négociation de l’accord social.

  Nous avons également demandé une étude préalable. C’est la raison pour laquelle nous avions déjà prévu un budget cette année-ci. Pour le déploiement de l’IFIC dans le secteur privé, une étude préalable était aussi prévue.

  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen): Madame la ministre, les rencontres et les discussions semblent se dérouler plus concrètement qu’au moment où nous avons été interpellés.

Ai-je bien compris votre réponse? Vous dites qu’à partir de juillet-septembre, un système d’évaluation permanente sera mis en place pour identifier si des fonctions sont manquantes ou si des adaptations sont nécessaires, de manière à ce que le modèle proposé répondent aux réalités du terrain ou à corriger les éléments non adéquats présents dans le modèle.

Je suis consciente de la difficulté d’avoir, dans les structures hospitalières tant privées que publiques, à la fois des partenaires sociaux qui représentent toutes les catégories de professionnels et des prestataires de soins, quelle que soit leur catégorie, ayant des spécificités dans leur métier, leur qualification, leur évolution de carrière. Ce n’est pas la même chose que pour du personnel administratif ou ouvrier dans ces mêmes hôpitaux. À cet égard, madame la ministre, avez-vous vraiment le sentiment que le modèle négocié par les partenaires sociaux rencontre les préoccupations des différents prestataires de soins dans leur catégorie, même s’il faut éviter d’avoir un regard étroit ou ciblé que chacun peut avoir dans son métier plus spécifique?

Ministre Maggie De Block: vous avez posé une question sur les concertations.

Welnu, driemaandelijks is er een structureel overleg gepland met de Algemene Unie van Verpleegkundigen van België, een koepel­organisatie waarin onder andere de vijf grootste beroepsorganisaties voor verpleegkundigen zijn vertegenwoordigd. Er werden extra vergaderingen gepland op onze beleidscel in aanwezigheid van de vzw IFIC, opgericht om de communicatie te verzorgen na het sociaal overleg. Het jongste overleg vond plaats op 29 maart. Op 30 mei hebben wij een intermediaire vergadering gehouden. Het volgend overleg is eind deze maand gepland. Alle knelpunten worden opgelijst. Als er functies vergeten zijn, dan werd ons verzekerd dat die opgenomen zullen worden. Er vindt continu contact plaats met de beroepsorganisaties.

Toen wij klachten kregen over onduidelijke communicatie op de website, hebben wij direct ook contact opgenomen met de vraag om de website aan te passen en ervoor te zorgen dat de keuze die de mensen moeten maken, duidelijk is.

Wij hebben ook vernomen dat de ziekenhuizen aan de verpleegkundigen niet altijd duidelijk gemaakt hebben dat zij, wanneer zij het beroep reeds uitoefenen, de keuze hebben om al dan niet in de IFIC-classificatie te stappen, naargelang dat voor hen al dan niet interessanter is.

Er vindt heel veel overleg plaats met de beroepsorganisaties. De communicatie gebeurt niet op het niveau van de beleidscel, maar wel door de daarvoor opgerichte vzw IFIC. De beroepsorganisaties van verpleegkundigen wensen ook deel uit te maken van het sociaal overleg, maar in dat verband kunnen wij niet interveniëren. Wij kunnen de sociale partners namelijk niet opdragen wie zij moeten opnemen in hun overleg. Ik kan alleen een intermediaire figuur spelen en dat doe ik dan ook, door de beroepsorganisaties en de vzw IFIC samen rond de tafel te brengen. Zij willen duidelijk een stap verdergaan en deel uitmaken van het sociaal overleg, maar daar kan ik niet voor zorgen, daar moeten zij zelf de grootste pleitbezorger van zijn.

Enkele leden hebben om duidelijkere communicatie gevraagd.

Vvous me demandez de communiquer plus clairement mais je ne suis pas responsable de la communication. C’est l’ASBL IFIC qui prétend ne pas savoir, qui dit que le site web est en follow up, etc.

Ils ont procédé à des adaptations et nous les ont envoyées. Nous avons chargé quelqu’un de vérifier la correspondance des communications par rapport à ce qui nous est relaté du terrain.

C’est nouveau et tout ce que j’ai fait, c’est chercher les montants nécessaires. Lorsque nous avons débuté les concertations sur l’accord social, seul le secteur privé avait fait la demande de l’IFIC mais, par après, le secteur public en a lui aussi fait la demande, ce qui nous a pris par surprise. Alors, nous avons réalisé qu’il fallait une étude préalable rapidement pour éviter qu’il y ait des différences plus importantes (puisque ce système engendre des différences)

La communication n’est pas de notre responsabilité mais de celle de l’ASBL IFIC.

Les hôpitaux sont surchargés de travail avec le calcul de ces différentes sortes de paiement des infirmiers et autres. Les discussions se sont étalées sur 10, 12 ou 15 ans, ce qui a engendré une sorte de suspens. Néanmoins, après le départ des représentants des infirmiers et infirmières, de nombreux points ont été éclaircis pour ce qui les concerne et nous continuerons avec cette méthode de travail.

Question de Muriel Gerkens à la Ministe de Block sur la Commission nationale d’évaluation de la loi sur l’IVG de 1990

COMPTE RENDU INTÉGRAL

COMMISSION DE LA SANTÉ PUBLIQUE,

Mardi 05-06-2018 Après-midi

Questions jointes de

- Mme Els Van Hoof à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la composition de la Commission nationale d’évaluation relative à l’avortement » (n° 25294)

- Mme Catherine Fonck à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la Commission nationale d’évaluation chargée d’évaluer l’application des dispositions relatives à l’interruption de grossesse » (n° 25389)

- Mme Muriel Gerkens à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique sur « la Commission nationale d’évaluation de la loi sur l’IVG de 1990″ (n° 25726)

Muriel Gerkens (Ecolo-Groen):

Madame la ministre, ma question est du même ordre. Il a été difficile de réunir le nombre suffisant de personnes pour remplir les différentes catégories de membres de cette commission. Néanmoins, le Parlement a réparti les personnes, en deux listes distinctes et soumises au gouvernement, comportant l’une les membres effectifs et l’autre les membres suppléants. Ceci vous a été transmis le 22 décembre 2016.

 Depuis, nous n’avons pas reçu d’informations sur la désignation. Il n’y a pas eu d’arrêté publié au Moniteur. Les personnes qui ont déposé leur candidature, et à qui on a écrit pour les informer qu’elles avaient été sélectionnées, ne savent toujours pas si elles seront effectives ou suppléantes, et ne connaissent pas les informations pratiques concernant la tenue des réunions de cette commission d’évaluation.

 Par ailleurs, nous avons, via l’INAMI, toutes les données depuis 2012, même si nous n’avons pas eu de rapport d’évaluation de la commission d’évaluation. J’aurais aimé connaître votre calendrier et savoir où vous en étiez à ce sujet. Est-il possible d’attendre de cette nouvelle commission une information rapide concernant les dernières données et les derniers chiffres dont on dispose?

Minister Maggie De Block:

traduction de ce qui suit : la loi de 1990 relative IVG prévoit commission d’évaluation et sa compisition. c’est le parlement qui doit donner liste de noms dans les différentes catégories de membres en respectant équilibre linguistique via une double liste d’effectifs et de suppléants. La Chmabre a du s’y reprendre à plusieurs fois pour avoir les candidatures suffisantes dans les différentes catégories et a du modifier les critères realtifs aux académiques.

J’ai reçu la double liste de la chambre via le cabinet du 1° ministre en mai 2018.Avant c’était le sénat qui élaborait la double liste et la chambre a utilisé d’autres méthodes pour parvenir aux équilibres linguistiques. La chambre propose équilibre global et le sénat prévoyaiat équilibre dans chaque catégorie de membres. Il a donc fallu du temps pour finaliser au cabinet des listes paritaires.

Mevrouw de voorzitter, collega’s, overeenkomstig artikel 1, § 2 van de wet van 13 augustus 1990 houdende oprichting van een commissie voor de evaluatie van de wet van 3 april 1990 betreffende de zwangerschaps­afbreking tot wijziging van artikelen 348, 350, 351 en 352 van het Strafwetboek en tot opheffing van artikel 353 van hetzelfde wetboek worden de leden van de evaluatiecommissie benoemd bij koninklijk besluit uit de dubbele lijst nu voorgedragen door de Kamer van volks­vertegenwoordigers.

 Zoals u hebt opgemerkt, heeft het heel wat voeten in de aarde gehad om het aantal geschikte kandidaten te vinden om in de controle- en evaluatiecommissie te zetelen. Daartoe diende de definitie van een van de categorieën door de Kamer te worden aangepast, wat ook heel wat voeten in de aarde heeft gehad.

 De dubbele lijst van kandidaten, zoals door de Kamer goedgekeurd, en die ons begin mei 2018 officieel werd overgemaakt via het kabinet van de eerste minister bleek bij nazicht op een andere manier samengesteld dan in het verleden het geval was.

 In het verleden stelde de Senaat die lijst samen. De Kamer heeft dat op een andere manier gedaan. De kandidaten op de tweede lijst behoren namelijk niet allen tot dezelfde taalgroep als de overeenkomstige kandidaten op de eerste lijst, waarvoor ze gebruikelijk als plaatsvervanger fungeren. Er moet dus pariteit zijn.

 Men heeft dan nagekeken of dit problemen kon opleveren en zo ja, of de lijst van effectieve en plaatsvervangende kandidaten moest worden gewijzigd, ook rekening houdend met artikel 1, §2, tweede lid van de wet van 13 augustus dat bepaalt dat de taalpariteit en de pluralistische vertegen­woordiging in acht moet worden genomen bij de benoeming van de leden van de commissie.

 Le Conseil des ministres doit maintenant décider qui, parmi les candidats, sera membre effectif et qui sera membre suppléant. Le dossier est en cours de finalisation et sera clôturé dans les prochaines semaines.

 Entre-temps, le secrétariat de la commission a préparé le rapport 2014 portant sur les années 2012-2013 et le rapport 2016 portant sur les années 2014-2015. Ces rapports pourront être validés dès la reprise des travaux de la commission.

Nous aurons donc un rapport portant sur 6 années.

Le rapport 2018 pour les années 2016 et 2017 est aussi en cours de préparation. Les institutions pouvaient transmettre les dernières données concernant 2016 jusqu’au 30 avril 2018.

 En ce qui concerne le lieu et la périodicité des réunions, les horaires, etc., c’est du ressort de la commission elle-même. La loi précitée prévoit, en son article 1, § 2, que la commission établit son règlement d’ordre intérieur.

 Il y a aussi autre chose: la lettre envoyée par la Chambre s’est perdue. Le ministre a seulement reçu un rappel. Nous ne savons pas ce qu’il s’est passé.

La présidente:

Vous dites que c’est en mai que vous l’avez reçue. Nous avons l’information que ce serait parti en décembre.

Maggie De Block, ministre:

Nous sommes presque prêts. Il faut savoir que les listes ont été établies d’une manière différente que ce que le Sénat faisait auparavant. Chez nous, il n’y a pas non plus d’expertise pour savoir si cela peut amener des problèmes de parité. C’est la procession d’Echternach!

  Muriel Gerkens (Ecolo-Groen):

Moi aussi, je suis étonnée par le retard pris dans la transmission de la double liste. Attendre quelques semaines encore me semble très long. Cela fait un mois que vous avez cette double liste. C’est un arrêté qui, à mon avis, devrait être consensuel.

Par ailleurs, si le fait que la commission transmette les chiffres sans qu’il n’y ait eu approbation est un peu compliqué parce qu’il n’y a pas eu de validation, les données ont aussi été récoltées et transmises par l’INAMI. Il y a donc une source d’information directe de ces chiffres bruts sans devoir passer par le rapport.

Minister Maggie De Block:

non, les données ont été enregistrées et ne peuvent être diffusées qu’après validation. Il n’y a pas de circuit alternatif de publication des données. Il faut respecter l’AR

D’accord que cela dure depuis trop longtemps mais cela dure depuis le début vu le manque de candidats. Il faut attendre le rapport car pas assez d’expertises au sein du SPF santé pour analyser les données et les valider.

Neen, de gegevens die geregistreerd worden, kunnen alleen na validatie vrijgegeven worden. Wij zullen geen alternatief circuit voor gegevens ontwikkelen.

 Ik ga ermee akkoord dat dit nu veel te lang duurt, door allerlei redenen. Men vond niet genoeg mensen om die commissie samen te stellen. Dan heeft het ook lang geduurd vooraleer de aanpassing in de Kamer was goedgekeurd. Nu heeft het lang geduurd om aan die lijst uit te geraken omdat er niet genoeg expertise was, onder andere ook bij de FOD. Daar zei men eerst dat ze dat niet moesten doen, dat dit hun taak niet was.

 Wij kunnen geen alternatieve cijfers geven. Dit zijn de cijfers die, zoals de wet voorschrijft, door de commissie worden verzameld. Die moeten gevalideerd worden en het koninklijk besluit is in de maak.

L’incident est clos.

Oeufs contaminés au Fipronil en Allemagne : Ecolo demande la clarté quant aux exportations vers la Belgique

Le Fipronil, cet insecticide interdit qui avait causé une « crise des œufs » en Belgique l’été dernier, fait aujourd’hui son retour en Allemagne, où plus de 70.000 œufs en provenance des Pays-Bas ont été rappelés des rayons. La substance chimique interdite a été détectée à des doses (0,019 mg/kg) supérieures aux seuils autorisés (O,OO5 mg/kg).

Il ressort des informations connues actuellement que ces œufs proviendraient d’une ferme hollandaise bio et que la contamination serait due à la présence de Fipronil dans le sol, à cause de pulvérisation avant que la ferme appartienne au circuit biologique. Cette contamination aurait été découverte il y a déjà 2 semaines aux Pays-Bas.

« C’est évidemment préoccupant d’apprendre que des traces de Fipronil se retrouvent encore dans des œufs. Les Pays-Bas auraient été alertés il y a deux semaines. Et pourtant des œufs hollandais sont retirés aujourd’hui des rayons allemands. Comment s’est passée la transmission des informations, c’est une première question qui se pose », commente la députée fédérale Ecolo Muriel Gerkens. « Chez nous, l’AFSCA a réagi sur son site en signalant qu’elle avait informé et appelé à la vigilance tous les acteurs du secteur des oeufs et de la volaille, annonçant une surveillance renforcée, en particulier vis-à-vis des oeufs venant de Hollande. On ignore cependant si elle dispose d’informations complémentaires quant au producteur hollandais et aux éventuelles exportations vers la Belgique. Or, cette démarche est indispensable pour garantir une traçabilité maximale et la protection des consommateurs belges », poursuit Muriel Gerkens.

Pour Ecolo, il est fondamental que l’AFSCA travaille proactivement sur ce dossier, et ne se contente pas d’appeler à la vigilance et au système d’auto-contrôle censé apporter les garanties suffisantes concernant les produits vendus et achetés en Belgique.

« Personne ne veut revivre une crise du Fripronil. Il est important que le Ministre Ducarme s’assure du suivi de ce dossier. Les taux de présence détectés en Allemagne dépassent les plafonds autorisés et on ne peut plus entendre des arguments de non risque pour la santé, vu la persistance dans le temps de ces substances qui s’accumulent dans l’organisme. Les consommateurs belges doivent être rassurés au plus vite quant à la provenance des œufs dans nos magasins », conclut Muriel Gerkens.

http://plus.lesoir.be/161277/article/2018-06-07/rester-unis-contre-la-terreur

Interdiction des tueurs d’abeille : une belle victoire pour la nature et l’environnement!

Malgré l’abstention de la Belgique, qui a bien failli faire capoter la décision finale, l’Europe vient d’interdire 3 substances néocotinoïdes, ces puissants insecticides qui ont des effets désastreux sur l’environnement, en particulier sur les abeilles.

« Il s’agit là d’une superbe victoire pour la nature et l’environnement », déclare Muriel Gerkens, députée fédérale. « Se passer des néocotinoides est possible. Des alternatives existent et doivent être promues auprès des agriculteurs (*). En témoigne le développement de la culture biologique de betteraves en Suisse, en Allemagne et en Autriche », commente Patrick Dupriez, Coprésident d’ECOLO.

Les écologistes demandent maintenant aux différents Ministres de l’Agriculture de s’engager résolument dans l’accompagnement des agriculteurs concernés (betteraviers…) pour les aider à réaliser la transition écologique de leurs pratiques agricoles vers un modèle réconcilié avec la biodiversité et la santé humaine.

« Accompagner la transition ne signifie par le remplacement d’un produit dangereux par un autre qui ne serait pas encore sur la liste des interdictions. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une modèle agricole qui tende vers la souveraineté alimentaire et qui favorise une consommation locale », conclut Patrick Dupriez.

(*) Gestion intégrée des ravageurs, variétés de cultures résistantes, prédateurs naturels, rotation des cultures,… la liste est longue)

Protégeons les maisons médicales !

Ecolo défend les maisons médicales et leurs spécificités. Pourquoi ? Parce que celles-ci proposent une approche globale des patients; parce qu’il s’agit d’équipes multi- et pluridisciplinaires, financées au forfait; parce que les patients ne doivent pas directement participer financièrement aux soins compris dans ce forfait.

Prise dans sa globalité, la formule ne coûterait pourtant pas plus cher que le système classique, notamment parce qu’elle préviendrait un recours excessif aux services de spécialistes et permettrait de meilleurs suivis.

Or, la Ministre de la Santé Maggie De Block, sur base de préjugés idéologiques voire d’informations erronées, veut casser le système de financement forfaitaire des maisons médicales, sans considération pour leurs spécificités.

Sur un sujet aussi important qui concerne l’accès à des soins de santé de qualité pour plus de 300.000 patients et l’emploi de plus de 2000 travailleurs, il n’est pas tolérable que la Ministre prenne des mesures « correctrices » pour des raisons idéologiques.